Comment séduire quand on part avec des handicaps ?

séduire avec handicapsComment séduire quand on part avec de sérieux désavantages et complexes ? Il y a d’abord les handicaps physiques (apparence rebutante ou petite taille pour un homme) mais aussi les handicaps sociaux (chômage, phénomène Tanguy). Évidemment, le handicap n°1 reste quand même la timidité quand elle est maladive. J’ai voulu aborder ce sujet car dans les communautés de timides, je rencontre énormément de gens complexés soit par leur physique, leur situation sociale ou leur mal être. Dans la majorité des cas, l’origine du complexe est due avant tout à une mauvaise estime de soi qui a pour effet de déformer leur jugement.
Ce qui est vrai, en revanche, c’est que le timide part souvent avec de nombreux désavantages. Je cite par exemple plusieurs caractéristiques qui reviennent régulièrement dans mes échanges : le timide n’a pas d’amis, il fait souvent plus jeune que son âge, il vit encore chez ses parents à un âge tardif, il est encore vierge, etc… Bref, tout un ensemble de détails, pour certains importants, qui peuvent vous défavoriser alors que vous cherchez justement à plaire ! Pour avoir vécu quelques unes de ces situations durant ces dernières années, je vais vous exposer la manière dont je me suis pris à chaque fois pour contourner ces désavantages et les retourner en ma faveur. (suite…)

Continuer la lecture

Dompter votre SAI : la condition pour apprivoiser son anxiété

dompter son saiComment dompter la timidité ? Comment surmonter vos peurs pour affronter certaines situations de vie quotidienne ? Cet article a pour but de répondre à ces interrogations et d’éclaircir une notion que je propose aux initiales de SAI : le Système d’Alarme Interne.

Rappelons tout d’abord la définition du SAI :

« Votre amygdale fonctionne comme un système d’alarme qui vous avertit des dangers potentiels de votre environnement. Le regard des gens peut être perçu comme des signes d’agression. C’est à cause du SAI et de son niveau parfois élevé en certaines situations anxiogènes que les gens ont du mal à suivre leur instinct, à être naturels. En situation familière, le SAI est à un niveau bas : signe de sécurité. Par exemple, beaucoup de timides, lorsqu’ils sont avec leur famille ou avec des amis familiers, ne sont plus timides. Ils arrivent à être expressifs, bavards, enthousiastes. Pourquoi ? (suite…)

Continuer la lecture

Créer l’effet papillon : une cause infime peut avoir de grands effets

effet papillonCette interrogation célèbre, à la fois exaltante et déroutante, vous en avez sans doute déjà entendu parler : « Un simple battement d’ailes d’un papillon peut-il déclencher une tornade à l’autre bout du monde ? » La métaphore de l’effet papillon peut très bien s’appliquer au domaine du développement personnel quand on sait que certaines actions que nous accomplissons en l’instant de quelques secondes peuvent déclencher « des bouleversements à grande échelle. »
J’observe souvent beaucoup de personnes timides et anxieuses qui espèrent d’abord la guérison de leur timidité, l’amélioration de leur situation, avant de se risquer à de grandes actions, alors qu’en y réfléchissant, l’audace de quelques secondes d’action peut parfois payer à long terme et précipiter le cheminement de la guérison.

Force est de constater que nous ne sommes pas tous égaux face à la timidité. L’attente peut être rapide pour les timides les moins atteints, longue pour les plus anxieux, voire jamais pour d’autres. (suite…)

Continuer la lecture

Résilience : au-delà des souffrances et des obstacles

résiliencePlus qu’un simple mot, il fait écho à tous les galériens de la vie, à tous ceux qui doivent surmonter obstacles, handicaps ou traumatismes pour continuer à aller de l’avant.
Qu’est-ce que c’est ? La résilience désigne l’attitude d’un individu à faire face aux épreuves pénibles et dramatiques de sa vie personnelle et à les surmonter : traumatismes, troubles ou maladies, souffrances, handicaps, malheurs, etc…

Utilisée comme mot par le célèbre psychiatre et éthologue français Boris Cyrulnik, celui-ci compare la résilience à un art de « naviguer dans les torrents ». Menant entre autres des études sur les survivants des camps de concentration après-guerre, sur les enfants ayant subi des sévices, il constate que même si pour la plupart des victimes, elles présenteront par la suite des troubles et traumatismes, d’autres arriveront à mener une vie normale et équilibrée grâce notamment à un ensemble de stratagèmes mentaux, de mises en place de mécanismes positifs de défense. (suite…)

Continuer la lecture