«

Introvertis, hypersensibles, et les conversations de groupe

conversation de groupeQuel est votre rapport à la conversation de groupe ? Car répondre à cette question dit beaucoup sur votre personnalité !

Évidemment, je pose cette question d’une façon globale dans la vie. Il y a des jours où on aime bavarder avec les gens quitte à y passer des heures, d’autres jours où on ne s’y sent pas bien ou on s’ennuie. En fonction des personnes avec qui l’on discute, en fonction des thèmes de discussion, c’est très variable. Mais il y a une tendance générale que l’on peut sentir.

Alors on va voir dans cet article ce que notre rapport à la conversation de groupe peut apprendre sur nous et révéler à propos de nos difficultés : extraversion, introversion, timidité, hypersensibilité, anxiété…


Tout d’abord, il y a quelque chose de très instructif qu’on apprend à travers les définitions de l’introversion et l’extraversion.

Quand vous êtes fatigué et ressentez le besoin de vous ressourcer en énergie, qu’est-ce qui vous aide LE PLUS entre ces deux options ?

Être seul ou être avec les autres ?


On dit généralement que les extravertis ressourcent leur énergie au contact des autres et dans les activités sociales, tandis que les introvertis se ressourcent dans la solitude.

C’est pour ça qu’on voit beaucoup de personnes extraverties, quand elles sont avec les gens, sont très enthousiastes, dynamiques, et semblent inépuisables durant toute la soirée comme si les conversations avaient pour effet de les stimuler, voire d’améliorer davantage leur forme.

À l’inverse, pour les personnes introverties, c’est différent : plus le temps passe, plus leur énergie diminue au contact des autres. À la fin d’une journée intense en échanges sociaux, elles ressentent le besoin de recharger leur batterie dans des activités solitaires.

INTROVERSION ET CONVERSATION DE GROUPE : DIFFÉRENTES RAISONS DU MALAISE

Au sein même des personnalités introverties, les raisons du mal-être en groupe peuvent être multiples :

1) Ennui, manque de stimuli intellectuels :
Il y a d’abord celles qui trouvent les conversations de groupe très ennuyantes. Parce que ces personnes ont des problèmes avec les conversations un peu superficielles, où l’on parle de tout et de rien : le temps qu’il fait dehors, le week-end passé en famille, le film du dimanche soir… Et cela ne les stimule pas intellectuellement. À la limite, elles trouvent que ces conversations de groupe sont une perte de temps. Bien sûr, elles sont capables d’entretenir la conversation ponctuellement, d’être sociables aux bons moments, mais rarement sur la durée. En général, il s’agit là de personnalités très réfléchies et casanières.

2) Timidité, anxiété, manque de confiance :
Il y a des personnes réservées qui se sentent mal dans les conversations de groupe pour des questions de timidité, d’anxiété ou de manque de confiance. Parce qu’elles ne savent parfois pas quoi dire dans les conversations et elles se comparent à leurs interlocuteurs beaucoup plus à l’aise et expansifs. Et cela plombe complètement leur moral.

Par contre, j’ai remarqué que beaucoup de personnes timides, une fois débarrassées de tous ces complexes, peuvent se sentir très bien en groupe. Elles multiplient les activités sociales chaque week-end, ressentent le besoin permanent de sortir et de voir du monde. Ces personnes sont timides, mais pas introverties au sens de solitaires et qui aiment la solitude. Au contraire, elles recherchent la compagnie des autres, et s’il n’y avait pas la timidité ou l’anxiété, elles seraient sans doute extraverties.

3) Grande difficulté avec le jeu du paraître, en recherche de l’authenticité :
Enfin il y a les personnes qui ont beaucoup de mal avec l’idée de « jouer un rôle » dans les conversations de groupe. Elles ont l’impression de se forcer à faire semblant de sourire, de bavarder. Elles ne recherchent pas forcément des discussions intellectuelles mais plus personnelles ou émotionnelles en raison de leur personnalité hypersensible. Voilà ce qu’elles recherchent : de l’authenticité, des émotions, qui les prennent aux tripes. Généralement, elles préfèrent les rencontres en individuel plutôt qu’en groupe car c’est justement plus facile pour elles d’avoir ces échanges profonds et authentiques.

CONVERSATION DE GROUPE : CHACUN EST LIBRE DE RECHERCHER CE QU’IL VEUT

À travers les conversations en groupe, chacun de nous ne recherchons pas la même chose, n’avons pas les mêmes attentes envers les autres. Certains recherchent juste des discussions légères et simples, aiment plaisanter et cela leur fait un bien fou et ils sont contents de la journée passée. D’autres recherchent des discussions plus profondes ou authentiques et c’est seulement dans ces moments-là qu’ils arrivent véritablement à s’épanouir avec les autres.

Personnellement, je n’adhère pas aux injonctions du type : « Telle façon de discuter est meilleure qu’une autre. » Les gens font ce qu’ils veulent. Parce que nous avons tous un caractère profond différent et de ce fait, nos attentes ne sont pas les mêmes. Tant mieux si un tel préfère les discussions légères et n’aime pas les conversations trop personnelles ou intimes. Tant mieux si un tel n’aime pas les discussions de surface et est plutôt attiré par des sujets profonds et authentiques. On peut aussi essayer de trouver un juste équilibre entre nos besoins et ceux des autres.


Au final, la singularité de chacun donne de la diversité aux discussions de groupe.

 

Alors je vous parle de tout ça parce que ce thème est au cœur du livre que je suis en train d’écrire sur un « Guide de communication sociale » à l’usage des personnes qui se sentent différentes (introverties, timides, anxieuses, hypersensibles, autistes, haut potentiel, etc…). Ça n’a jamais été fait jusqu’à présent à ma connaissance et j’y place beaucoup d’ambition. Et je vous partage mes réflexions en même temps au fil des prochains articles.
Il y a différents thèmes sur lesquels je travaille et je recherche des solutions. Par exemple, comment s’intégrer en groupe quand on est introverti ? Ce sera le premier livre qui prendra aussi en compte les personnes extrêmement réservées ou asociales. Je suis convaincu qu’on n’a pas besoin de beaucoup parler ou bavarder en groupe, l’important est juste d’avoir ce que j’appelle une « Communication sociale disponible » grâce à quelques signaux de sociabilité.
Autres thèmes abordés : Comment communiquer avec les autres malgré nos blocages têtus (manque de confiance en soi, peur du rejet, etc…) ? Quels sont « les petits rituels sociaux » qui aident à amener des discussions plus personnelles et authentiques avec les autres ? Parce que quand on est en pleine discussion active avec les gens, ce n’est jamais facile d’orienter une conversation vers des choses plus authentiques, mais il y a des techniques, des questions magiques, qui le permettent et qui aident à créer un vrai lien avec nos interlocuteurs, et cela prend juste 5 secondes. Je suis en train de faire un gros travail de collecte de toutes ces idées. Car le but, c’est quand même de proposer du concret, du très concret, et je tiens vraiment en compte des blocages et des personnalités de chacun.

Ce ne sera pas un livre de développement personnel et ce sera différent de tout ce que j’ai pu écrire jusqu’à présent sur le blog. Patience, patience… je vous en reparlerai quand j’aurai nettement bien avancé. Tout est encore en chantier. :-)


En attendant… cher lecteur ou chère lectrice, saurez-vous répondre à ma question :
Et vous, quel est votre rapport à la conversation de groupe ? Est-ce que le groupe vous pompe plutôt de l’énergie ou peut vous booster au contraire ?

 

Si cet article t'a plu, n'hésite pas à le partager ou à écrire un commentaire ci-dessous. Cela me fera vraiment plaisir ! ;-)

(5 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. marie

    bon article, qui m’intéresse particulièrement et toujours une écriture claire et agréable a lire.
    bon courage pour le livre que j’espère pouvoir lire un jour.

  2. Thedarkknight

    Bel article comme d’hab
    Moi je suis un peu entre les deux. J’apprécie autant les conversations superficielles et profondes , ça dépend des fois et des gens
    Sympa ce projet de livre :)

  3. Floralys

    Bonjour,

    Eh bien moi je tiens à dire que j’adore ce sujet car c’est ma préoccupation actuelle.
    Je n’arrête pas de me poser des questions à ce sujet. Donc j’attend ton livre avec impatience :).

    Mon rapport à la conversation je dirai pour l’instant que cela me prends de l’énergie surtout quand les
    conversations ne m’intéressent pas mais cela ne veut pas dire que j’ai besoin de stimulation intellectuelle au contraire.
    J’ai plus besoin de conversation authentiques et de lâcher prise et en même temps j’ai besoin d’être seule c’est ça qui est
    difficile. C’est difficile pour maintenir le contact et c’est difficile pour aller vers les autres. J’ai vraiment besoin d’un guide pour savoir comment mieux m’intégrer tout en respectant mes besoins sans me sentir coupable. Parce-que là je culpabilise quand je reste seule. J’entends les autres parler de moi et ça renforce cette culpabilité.
    Quel est le juste milieu ?

    Tu te donne combien de temps pour écrire ton livre ? :)

    C’est un sujet vraiment super important pour moi.
    Merci pour ton intérêt pour tout ça : ).

    Bonne lancée et bonnes semaines!

  4. Elde

    Merci pour vos commentaires, marie, dark knight, mes fidèles commentateurs et soutiens. :-)

    Floralys : Tu dis avoir des difficultés parfois à t’intégrer et savoir quoi dire face aux autres. En revanche, je constate que tu fais preuve de beaucoup d’empathie dans tes réponses et trouves toujours les bons mots pour me faire plaisir. ;-)
    Pour répondre à ta question, j’essaie de me donner un an pour finir ce livre qui est difficile à écrire. Car ce ne sera pas tout à fait un livre de développement personnel et différent de ce que j’ai écrit jusque-là. Cela nécessite pas mal de recherches, de réflexions, de solutions, et écrire un livre prend un temps fou. Je reste persévérant et je fais tout pour que ça se réalise.

    Bonnes vacances d’été à vous trois ! :-)

  5. Floralys

    Oui c’est vrai mais difficile de sortir de la réserve encore. Je te remercie pour ton retour : )

    Il y a encore du chemin. J’espère réussir aussi à relever les défis qui m’attendent.

    Bon courage et à bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge