👉 Tu te sens en décalage avec les autres, tu ne sais parfois pas quoi dire et tu cherches des solutions pour savoir créer un lien avec les autres.
👉 Tu sens que le manque de confiance t’empêche de te réaliser pleinement et tu veux dire stop aux pensées limitantes.
     Sois le bienvenu. Mon équipe et moi-même avons créé 40 outils en ligne qui ont pour but de provoquer ce fameux déclic. N’oublie pas de prendre quelques minutes pour visiter nos rubriques Outils en ligne & Ebooks en cliquant dessus.

test mbti hypersensibilité

Un autre article invité pour compléter le cycle d’articles sur le thème de l’introspection !
On a vu précédemment l’ennéagramme. Parlons à présent de l’outil le plus connu : le MBTI
Nicolas, véritable passionné d’introspection, s’est proposé de présenter cet outil extraordinaire et nous explique en quoi il est utile pour comprendre et vivre avec son hypersensibilité grâce au MBTI. Quels sont par ailleurs les 4 profils MBTI que l’on retrouve le plus souvent chez les hypersensibles ?

.

Introduction : UN OUTIL POUR APPRENDRE À SE CONNAÎTRE

Je me prénomme Nicolas, blogueur et grand passionné du MBTI. Mon ambition est de démocratiser et de faire connaître au plus grand nombre un outil qui peut changer des vies. Personnellement grâce cet outil, j’ai osé vaincre ma peur de l’inconnu et de l’aventure. D’une nature plutôt plan plan, j’ai osé demander une année sabbatique à mon entreprise pour partir faire le tour de l’Amérique du Sud avec mon sac à dos pendant 10 mois. Depuis cette expérience qui a bouleversé mon existence, je cherche à permettre au plus grand nombre d’apprendre à mieux se connaître pour oser vivre ses rêves !

Diriez-vous d’une personne extravertie qu’elle est sans gêne ? Sans doute non.

Pourtant, si on fait le parallèle, il n’est pas rare que dans la société, on associe des notions aussi différentes que l’introversion et la timidité, voire la sensibilité.

Cette erreur de considération peut expliquer que certaines personnes aient du mal à accepter leur personnalité.

Dans un monde de plus en plus tourné vers le matérialisme, du moins en Occident, les personnes hypersensibles ont parfois du mal à trouver leur place et à accepter leur différence.

Heureusement de plus en plus d’outils de connaissance de soi permettent à chacun d’avoir la liberté de creuser au plus profond de sa personnalité.

Dans la suite de cet article, je vais chercher à vous expliquer que votre  sensibilité ou même votre hypersensibilité provient très certainement de votre « paramétrage » neurologique… mais que cela peut aussi être vu comme une chance !

cogiter mbti

.

1) QU’EST-CE QUE LE MBTI EN DEUX MOTS ?

a) Origines du MBTI (rapide historique)

Les origines du MBTI datent du début du XXème siècle. Son père fondateur Carl Jung était un disciple de l’inventeur de la psychanalyse Sigmund Freud.

Pour faire simple, les travaux du psychologue suisse Jung mirent en évidence 3 axes de préférence chez l’être humain et qui s’avèrent encore aujourd’hui déterminants dans leur personnalité.

Après la Seconde guerre mondiale, une mère et sa fille, Katherine Cook Briggs et Isabel Briggs Myers, reprirent ces avancées sur la psychologie humaine et ajoutèrent une quatrième dimension à ce schéma.

Cette découverte leur permit d’établir une matrice de 16 personnalités censée regrouper l’ensemble des profils psychologiques.

En effet, la combinaison des 4 préférences que l’on peut visualiser sous forme de curseurs donne naissance à 16 possibilités.

Ce qui est incroyable, c’est que le fait d’associer certaines prédilections révèle des aspects de la personnalité d’une incroyable précision !

b) Les 4 Axes de préférence

Donc le modèle MBTI est construit en tenant compte de 4 axes de prédilection de l’individu.

Avant d’aller plus loin, il est très important de bien visualiser chaque axe comme une sorte de curseur, en ce sens qu’il s’agit de préférence mais que chacun est tout à fait capable de sortir de sa zone de confort.

La première dimension identifiée déjà à l’époque par Jung est l’option que nous choisissons quant à la façon de trouver notre énergie.

Comme une voiture qui avance à l’essence, nous avons besoin d’énergie pour nous sentir performant.

Jung avait en son temps mis en évidence que certaines personnes recherchent les interactions sociales, les échanges et la foule car c’est comme cela qu’elles se sentent dynamiques. Le fait de se retrouver isolées sans personne avec qui échanger aura tendance à les épuiser. Ce sont les individus « extravertis » (désignés par la lettre E).

Par opposition, le psychologue suisse distingua les « introvertis », dont l’état de forme est plus dépendant de leur capacité à s’isoler. Le moins d’interactions sociales ils ont, le mieux ils se sentent d’un point de vue énergie.

Ce n’est pas qu’ils n’aiment pas les gens, c’est simplement que les contacts leur pompent toutes leurs forces. Au milieu de la foule leur batterie se vide très très vite !

Le second axe reconnu par le modèle, est celui de la fonction avec laquelle le cerveau de chacun d’entre nous privilégie le recueil des informations au quotidien.

Certaines personnes utilisent prioritairement leurs cinq sens (la vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat et le goût), quand d’autres feront appel à leur sixième sens (l’intuition).

Les premiers sont appelés les « sensitifs » (caractérisés par la lettre S), et les seconds, les « intuitifs » (identifiés par la lettre N).

Plus que de découvrir les deux types de prédilection, il faut savoir que les travaux des psychologues ont démontré certaines caractéristiques propres.

Par exemple, les personnes dites S sont beaucoup plus réactives. Elles agissent d’abord et les idées leurs viennent ensuite, ce qui explique qu’elles s’y reprennent souvent à plusieurs fois. Pour cette raison, les N les considèrent facilement comme brouillonnes.

Les intuitifs fonctionnent à l’opposé. Ils attendent que leur viennent les pensées avant d’agir ce qui peut les faire apparaître aux yeux des S comme lents.

Le troisième axe de préférence identifié est celui du mode de décision.

Une fois l’information arrivée au cerveau, Jung démontra que chaque individu a deux types de réactions possibles. Soit il fait appel à sa logique, à sa tête en d’autres termes, soit il écoute prioritairement ses émotions, c’est-à-dire son cœur.

Les individus écoutant d’abord leur raison sont symbolisés par la lettre T, de l’anglais « thinking », et les personnes privilégiant leur cœur sont identifiés par la lettre F, pour « feeling ».

Nous ne rentrerons pas ici dans toutes les nombreuses caractéristiques qui permettent de distinguer dans les faits les deux genres de préférence. Cependant, on peut résumer la différence dans le fait que les T agissent avant tout de manière impartiale, droite et juste, tandis que les F mettent de la rondeur dans leurs réactions et cherchent avant tout la conciliation.

Enfin, le dernier axe est celui qu’Isabel Briggs Myers et sa mère Katerine Cook Briggs ont ajouté aux travaux de Jung pour parvenir à concevoir leur matrice.

Il distingue les individus « Jugement » (J) des individus « Perception » (P). Cet axe est appelé celui du style de vie et il renvoie à la manière qu’a chaque être de se situer par rapport au monde extérieur et d’organiser son mode de vie.

Voici donc les 4 dimensions jugées pertinentes par le modèle MBTI qui en fin de compte permettent de déterminer les types de personnalités. Plus que cela le MBTI est un formidable outil pour reprendre confiance en soi et satisfaire son besoin de reconnaissance.

mbti hypersensibilité

.

c) Les 4 « tempéraments » de Keirsey

David Keirsey était un psychologue américain qui reprit lui aussi les travaux du MBTI et mit en évidence des corrélations entre les 16 différents profils.

Il aboutit à une classification simplifiée des 16 types psychologiques qu’il regroupa en 4 grandes familles de 4 profils.

Chacune de ces familles, appelées « tempérament », se distingue par des traits communs et pertinents de personnalité.

Ainsi, il fit émerger :
–  le « tempérament » des idéalistes, à la fois intuitifs et feeling.
–  celui des « gardiens du changement », sensitifs et jugement.
–  le groupe des « artisans » (sous-entendu de projets), à la fois sensitifs et perception.
– celui des « rationnels », recueillant l’information prioritairement avec leur intuition et prenant leurs décisions suivant la logique.

Dans la suite de cet article, nous aborderons plus en profondeur les 4 personnalités constituant le tempérament des idéalistes.

En effet, le modèle MBTI considère que c’est parmi eux que l’on trouve le plus de personnes hypersensibles.

Bien que la société dans laquelle nous vivons soit construite selon les principes des plus nombreux, les « gardiens » (qui représentent environ 45 % de la population), nous verrons que les personnes émotives ont de vraies qualités à apporter au monde.


2) COMMENT DÉTERMINER SON PROFIL MBTI ?

a) Principes de base du MBTI

Avant d’aller plus loin, il est important de préciser quelques principes théoriques de base du MBTI.

Ces principes sont parfois remis en question mais c’est sur ces bases là que Katerine Cook Briggs et Isabel Briggs Myers ont fondé leur modèle.

Tout d’abord, il faut savoir qu’une personne ne change pas de profil au cours de son existence.

A 18 / 20 ans, notre type se fixe et il ne change plus jusqu’à la fin de notre vie.

Mais alors en quoi le MBTI est un outil de développement personnel si on ne peut changer de profil psychologique, me direz-vous ?

La réponse est simple : notre profil ne change pas, mais nous pouvons très bien progresser dans la maîtrise de chaque fonction.

Pour faire un parallèle, ce n’est pas parce que vous êtes droitier que vous ne pouvez pas vous améliorer à écrire de la main gauche ! Néanmoins, vous serez toujours plus à l’aise de la main droite.

Avant 18 ans, le cerveau humain est encore trop « jeune » et il ne sert à rien d’essayer de « typer » un être. C’est un peu comme si lui-même n’était pas certain de ses préférences… Inutile donc de faire l’exercice sur des enfants.

Autre principe important à avoir en tête, c’est que néanmoins, tout le monde a la possibilité de fonctionner à l’envers de ses préférences naturelles.

Simplement si une personne Thinking, privilégiant la logique dans ses prises de décisions, désire écouter ses émotions, cela sera plus difficile, moins efficace et lui demandera beaucoup plus d’énergie…

Au risque de caricaturer un petit peu, Albert Einstein pouvait parfaitement décider en écoutant ses émotions. Simplement il était moins performant et cela lui demandait un effort particulier.

b) Les tests MBTI

Comment déterminer sa personnalité psychologique ? Comment savoir lequel des 16 profils nous correspond ?

Selon les puristes, seul le test officiel (comportant plus de 200 questions) associé à un entretien avec un psychologue formé à l’exercice permet de déterminer avec certitude un type.

D’ailleurs, il faut savoir qu’en Amérique du Nord, le MBTI est très utilisé par des cabinets de recrutement ou des services de gestion de ressources humaines. Depuis peu, l’outil se démocratise également en Europe.

Néanmoins, il est possible de trouver de nombreux tests de personnalités non officiels sur internet…

J’en propose également un sur mon blog, qui ne repose que sur une quarantaine de questions et est donc bien moins fiable… Il a néanmoins le mérite de donner des grandes tendances que chacun est libre de creuser.

Si le sujet vous intéresse, je vous invite vivement à faire le test.

Personnellement, c’est dans le cadre de mon entreprise que le MBTI est entré dans ma vie… pour la transformer à jamais.

Un cabinet de conseils était venu nous présenter une méthode basée sur des tests physiques pour déterminer le profil d’une personne.

Le résultat fut IN-CROY-ABLE !

Non seulement du fait de la précision de la description (mon profil révéla des choses sur moi que je pensais être le seul à savoir), mais encore plus du fait de la méthode utilisée pour y parvenir…

Via des tests de motricité ! … car notre corps trahit qui nous sommes.

Regardez cette vidéo pour mieux comprendre.

https://www.youtube.com/watch?v=test-motricité


3) LE « TEMPÉRAMENT » DES IDÉALISTES, LES PLUS SENSIBLES

Maintenant que vous êtes peut-être un peu familiarisé(e) avec l’outil incroyable de développement personnel que représente le MBTI, penchons nous plus en détails sur le tempérament des idéalistes.

Sur le plan statistique, on estime que ce tempérament est l’un des moins représentés dans la société puisqu’il engloberait environ 15 % de la population et qu’il comprendrait plus de femmes que d’hommes.

a) Caractéristiques types

David Keirsey avait mis en exergue le fait que les profils étant à la fois intuitifs pour recueillir les informations et qui utilisaient prioritairement leur cœur et leurs émotions pour prendre leurs décisions, avaient de nombreuses caractéristiques pertinentes en commun.

Tout d’abord, le psychologue américain remarqua qu’ils avaient tous une très grande soif de comprendre le sens de la vie. De nature pure (pour ne pas dire crédule), ce sont tous des êtres qui accordent facilement leur confiance.

C’est d’ailleurs cette particularité qui leur confère le surnom d’idéalistes, car ils ne voient pas le mal et ne l’imaginent même pas. 

Naturellement bienveillants, ils font d’excellents parents.

De plus, Keirsey constata que les 4 types MBTI NF avaient tous en commun une certaine forme de romantisme et un goût prononcé pour l’art.

Ils voient la vie comme un monde de possibilités et n’hésitent pas à expérimenter tout ce qui peut donner un sens à leur existence.

test mbti sensibilité

.

b) Points forts

L’intuition des individus du tempérament idéaliste fait d’eux d’excellents pédagogues. Ils sont particulièrement doués pour deviner les besoins des personnes qui les entourent.

Naturellement bons, ils ont cette tendance à voir le meilleur chez l’autre.

Comme évoqué précédemment, les idéalistes sont très conceptuels et ont une réelle fibre artistique.

Leur nature profonde et leur grande sensibilité font qu’ils cherchent systématiquement à créer et à entretenir un climat d’harmonie entre les membres des groupes auxquels ils appartiennent.

Pour y parvenir, ils peuvent miser sur leur enthousiasme naturel et leur énergie innée.

Mais surtout, ils peuvent jouer de leur incroyable talent pour envisager de nouvelles alternatives et trouver des solutions originales aux problèmes qu’ils rencontrent.

c) Axes de progrès

Si le MBTI est un formidable outil de développement personnel, ce n’est pas uniquement parce qu’il permet de diagnostiquer une situation de départ.

En effet, en comprenant les rouages du modèle, il est surtout possible d’entrevoir des pistes de travail pour grandir.

Concernant les personnes appartenant au tempérament idéaliste, leur principal chantier de travail est généralement centré sur leur très (trop parfois) grande sensibilité.

Ceci est particulièrement vrai pour les profils ENFJ et INFP, ayant tous les deux en fonction dominante la fonction feeling.

Si la découverte du MBTI et de son profil n’est généralement pas à l’origine de la révélation de son hypersensibilité, la théorie du modèle basé sur les travaux de Jung permet très souvent de mettre des explications sur une émotivité à fleur de peau.

Comprendre que ce trait marqué de sa personnalité provient de son câblage neurologique inné permet souvent de se débarrasser d’un sentiment de culpabilité.

Mais cela peut encore plus être profitable si les personnes NF prennent conscience qu’elles ont une tendance naturelle à prendre trop à cœur certains évènements de leur vie.

Le fait de prendre de la distance avec certaines critiques qui peuvent leur être faites pour les aider et non pour les juger, est un premier axe de travail évident.

D’autre part, les idéalistes, souvent hypersensibles, ont la particularité de trop vivre les sentiments des autres. Leur talent naturel leur permettant de deviner ce que ressent autrui peut ainsi se retourner contre eux s’ils n’y prennent pas garde.

Voilà en somme l’essentiel des axes de travail que les personnes hypersensibles peuvent envisager si elles désirent entamer un travail de développement personnel.


 4) PRÉSENTATION SUCCINCTE DES 4 PROFILS IDÉALISTES

Les tempéraments de David Keirsey furent une immense avancée pour simplifier la lecture des personnalités, notamment les personnalités idéalistes (les plus sujettes à l’hypersensibilité).

Néanmoins, les 4 profils constituant chaque famille sont uniques en ce sens que chacun d’entre eux a un fonctionnement bien spécifique.

Nous allons tâcher de nous pencher justement sur les grandes lignes des 4 types « idéalistes ».

a) L’INFP

Comme je l’ai rapidement évoqué précédemment, ce profil est l’un des deux plus susceptibles de révéler une hypersensibilité.

Surnommé l’idéaliste ou le médiateur, ce type a pour fonction dominante la fonction de sentiment introverti. Ceci explique notamment que les INFP recherchent l’harmonie entre leurs actions et leurs valeurs. Mais le pendant, c’est que leur fonction « inférieure » (celle qu’ils maîtrisent le moins bien) est la pensée extravertie.

Ce « non contrôle » fait que ce type psychologique n’agit pas vraiment suivant des règles logiques et ne mesure pas bien les conséquences de ses actes.

Parmi les INFP célèbres on peut citer Marcel Proust, J.K Rowling (l’auteur d’Harry Potter), Kurt Cobain (l’ex chanteur de Nirvana) ou encore le chanteur David Bowie.

b) L’ENFP

L’ENFP est aussi appelé l’inspirateur ou le charismatique.

La particularité des personnes ayant ce profil psychologique est d’avoir en fonction inférieure la Sensation introvertie. Cette caractéristique explique que les personnes de ce type ont une très grande difficulté à écouter les messages de leur corps, de leurs sens.

Leur gestion des aspects pratiques de la vie peut également laisser à désirer… Ils pourront oublier par exemple de payer leurs factures ou de remplir le frigo.

Leur principale force par contre est leur instinct naturel pour s’orienter vers le monde des possibilités.

Ils ont ce talent d’arriver à voir plus loin que ce qui existe déjà ! Ceci explique notamment leur talent dans les domaines artistiques où ils peuvent pleinement exprimer leur sensibilité.

Si l’on doit citer quelques ENFP connus, on peut évoquer le chanteur John Lennon, l’acteur Jim Carrey, Robin Williams ou encore Walt Disney.

c) L’INFJ

On le surnomme « le protecteur » ou « le conciliateur ».

Sa fonction de décision « feeling extravertie » en secondaire explique que l’INFJ cherche à fuir le conflit et à arrondir les angles en permanence.

Son obsession est de rechercher à être en harmonie avec le monde dans lequel il évolue. C’est précisément dans ces situations d’opposition que les INFJ peuvent se laisser déborder par leur hypersensibilité.

Même s’ils extériorisent leurs émotions (plutôt que de les garder au fond d’eux), cela peut être déstabilisant dans la vie du quotidien. Ceci est d’autant plus vrai qu’encore plus que les ENFP, ils n’ont vraiment pas le sens du pratique et des activités du monde du réel.

Cela s’explique par leur très grande attirance et facilité à comprendre leur monde intérieur. Ils sont en perpétuelle quête de sens de leur moi profond.

Parmi les représentants célèbres des INFJ, citons le philosophe grec Platon, le guide spirituel Gandhi, le dictateur Adolf Hitler ou enfin l’empereur et philosophe Marc Aurèle. A noter que ce profil est le plus rare des 16 !

d) L’ENFJ

Avec la fonction « feeling extraverti » comme fonction de prise de décision en position dominante, les ENFJ mettent au centre de leur existence leur vie sociale.

Ils se nourrissent véritablement des relations et des interactions humaines. En ce sens, ils sont extrêmement attentifs au regard d’autrui.

Ceci peut expliquer que les personnes de ce type puissent avoir du mal à gérer le conflit et les sentiments agités.

Si nous cherchons parmi les personnes connues qui sont ou ont été considérées avoir ce profil psychologique, nous trouvons entre autres le pasteur américain Martin Luther King, la présentatrice star Oprah Winfrey, la reine d’Egypte Cléopâtre ou encore l’actrice Meryl Streep.


Conclusion : LE MBTI, UN OUTIL QUI PERMET DE VIVRE MIEUX

Nous venons de voir que l’hypersensibilité tient souvent son origine dans le paramétrage inné de son cerveau.

Si nous naissons et mourons avec, il est tout à fait possible de mieux la vivre en comprenant les origines et surtout en envisageant des solutions pour la tempérer.

Le MBTI n’est pas le seul outil de développement personnel qui peut aider sur ce chemin de croissance mais il peut à coup sûr permettre de mieux vivre avec.

La première étape est déjà de faire un diagnostic de votre situation, pour prendre conscience de votre personnalité.

Une fois accepté ce point de départ, on peut considérer que la moitié du chemin est faite… Il ne reste plus qu’à travailler sur notre talon d’Achille.

PS : Pour continuer à lire, tu peux consulter mon Sommaire de tous les articles du blog ou découvrir ma jolie liste des Outils en ligne pour s'améliorer. Si cet article t'a plu, pense à laisser un commentaire ou à le partager sur tes réseaux sociaux ! 😉

La publication a un commentaire

  1. Liza

    Article très intéressant sur le MBTI qui me donne envie de me former à l’outil et l’utiliser en coaching ! Merci

Écris-moi un commentaire :