séduire avec handicapsComment séduire quand on part avec de sérieux désavantages et complexes ? Il y a d’abord les handicaps physiques (apparence rebutante ou petite taille pour un homme) mais aussi les handicaps sociaux (chômage, phénomène Tanguy). Évidemment, le handicap n°1 reste quand même la timidité quand elle est maladive. J’ai voulu aborder ce sujet car dans les communautés de timides, je rencontre énormément de gens complexés soit par leur physique, leur situation sociale ou leur mal être. Dans la majorité des cas, l’origine du complexe est due avant tout à une mauvaise estime de soi qui a pour effet de déformer leur jugement.
Ce qui est vrai, en revanche, c’est que le timide part souvent avec de nombreux désavantages. Je cite par exemple plusieurs caractéristiques qui reviennent régulièrement dans mes échanges : le timide n’a pas d’amis, il fait souvent plus jeune que son âge, il vit encore chez ses parents à un âge tardif, il est encore vierge, etc… Bref, tout un ensemble de détails, pour certains importants, qui peuvent vous défavoriser alors que vous cherchez justement à plaire ! Pour avoir vécu quelques unes de ces situations durant ces dernières années, je vais vous exposer la manière dont je me suis pris à chaque fois pour contourner ces désavantages et les retourner en ma faveur.

 

PREMIER CONSTAT : une réalité que personne ne peut contester

Tout d’abord, d’aucun d’entre vous ne peut nier la réalité suivante : tous les jours, dans la rue, que vous portiez votre regard à gauche ou à droite, lorsque vous croisez un couple, vous voyez rarement une femme au bras d’un homme beau, distingué, habillé avec classe, d’un niveau social supérieur. Non, la plupart du temps, il s’agit d’un homme « moyen », sans particularité, pas forcément mieux doté que vous. Et parfois même, il peut avoir un physique ingrat, être de petite taille ou avoir une cicatrice sur le visage, être pauvre ou au chômage, comme des millions d’hommes en France. Combien d’hommes avec ces caractéristiques avez-vous pourtant croisé au bras d’une femme ?

À moins d’avoir un handicap vraiment sérieux (déformation physique par exemple), ce qui, vous me conviendrez, est rare ; tous les autres handicaps ou incongruités ne devraient pas vous priver de vous faire des amis ou une petite copine.

En réalité, ce n’est pas le handicap en question qui est problématique, mais le complexe que vous alimentez intérieurement.
Ce n’est pas le handicap qui importe, mais votre ressenti.

La perception du handicap est plus dix fois plus importante que le handicap en lui-même.

Car nombreux sont les hommes qui font moins d’un mètre soixante dix, qui gagnent moins que le SMIC, qui sont myopes ou qui sont maigres, et pourtant, ces derniers sont bien dans leur peau et jouissent chaque instant de leur vie.

Il m’arrive d’entendre trop souvent ce discours chez les timides : « Ça ne sert à rien de chercher à plaire, de toute façon, je suis moche et inintéressant. » Dernièrement, deux gars avec qui j’ai discuté m’avaient sorti quelque chose du genre : « La séduction, ce n’est même pas la peine. De toute façon, je suis au chômage. J’habite encore chez mes parents et je n’ai pas d’avenir. Personne ne voudra de moi dans ces conditions. J’attends quand ça ira mieux. »

Le problème, c’est que… certains handicaps et incongruités ne partiront jamais ou resteront encore plusieurs mois ou années en fonction de votre évolution. Le mieux à faire encore, c’est l’acceptation.

Pas de langue de bois : faire moins d’un mètre soixante ou être au chômage, ce n’est pas très valorisant pour un homme dans un contexte de séduction. Personne ne le contestera. Mais ce n’est pas impossible de renverser le cours des choses.

Concrètement, il y a des solutions. Certains handicaps, nous ne les enlèverons malheureusement jamais ou pas de sitôt, mais il y a deux choses qui sont en notre pouvoir et sur lesquels nous pouvons agir :

1) SUR SOI-MÊME : Ce que je pense, ce que je perçois de ma situation.

2) SUR L’AUTRE : Ce que l’autre pense, ce que l’autre perçoit de votre situation.

Vous avez un désavantage quelconque, divers petits handicaps, vous ne pouvez pas les faire disparaître physiquement, mais avec de l’entraînement et de la bonne volonté, vous pouvez les faire disparaître de votre esprit ou de l’esprit de votre interlocuteur. Du moins, faire en sorte que ces défauts ne vous disqualifient plus dans le regard de l’autre. C’est cet état d’esprit qu’il faut adopter. Alors comment ?

 

1) AGIR SUR SOI-MÊME  : l’acceptation, assumer ces petits handicaps

Vous n’avez pas le choix si vous voulez continuer à avancer. Passer du temps à ressasser, à s’indigner sur les injustices de la société, malheureusement, cela ne servira pas à grand chose.

J’ai même envie de dire, de clamer fièrement, à l’instar de ce qu’aurait entonné le philosophe Nietzsche : « Aimer la vie, aimer ses propres défauts et faire comme si c’étaient des amis, des alliés. »

Renverser cette vision pessimiste, néfaste, pour un nouvel angle de pensée, optimiste et gai.
Bref, vivre avec et non contre. L’acceptation, c’est le point de départ du changement.

Si je vous dis :

  • Nicolas, 25 ans, qui fait moins d’un mètre soixante dix et qui ne se trouve pas beau à cause de ses lunettes, il complexe sans arrêt sur sa voix aiguë. Il est mal dans sa peau et il part défaitiste à chaque rendez-vous amoureux.
  • Le même Nicolas, 25 ans, avec les mêmes caractéristiques physiques, qui fait le constat qu’il y a plein d’hommes dans la même situation que lui, qui a accepté depuis longtemps qu’il y avait certaines choses qu’il ne pouvait pas changer. Il interagit avec les autres comme si tous ses défauts étaient des détails. Il a confiance en lui et lors des rendez-vous amoureux, il lui arrive même de plaisanter sur son côté intello et atypique.

Entre ces deux Nicolas, qui est le plus séduisant ? Qui préférez-vous connaître ? Pourtant, c’est le même homme. C’est seulement la perception sur soi qui a changé de l’un à l’autre.

Est-ce que le comique Jamel Debbouze aurait séduit la belle et splendide journaliste Mélissa Theuriau s’il était mal dans sa peau, complexé par son physique et par sa petite taille ?

Voilà pourquoi l’acceptation doit être le premier travail à faire sur soi.

 

2) AGIR SUR L’AUTRE : la suggestion positive

Nous savons à présent que nous pouvons agir sur nos propres pensées, mais plus puissant encore, nous avons également la faculté d’agir directement sur les pensées de notre interlocuteur, de les influencer de manière positive. C’est ce qui est utilisé dans les techniques de la PNL.

Voilà l’état d’esprit que je recommande : si je sais que j’ai tels handicaps et que je pars désavantagé dans une rencontre amoureuse, dans un entretien d’embauche ou dans toute autre épreuve importante de la vie, j’ai la possibilité de renverser les choses à mon avantage.

Tout d’abord, comme on l’a vu plus haut, en faisant le travail d’acceptation, nous communiquons déjà à autrui notre bien-être.

Autrement dit, si dans ton discours, tu parles comme si ta situation actuelle (solitude, chômage, manque de passions) était un handicap, un complexe, la personne en face de toi la ressentira telle qu’elle.

RESSENTI INTÉRIEUR NÉGATIF => PERCEPTION NÉGATIVE PAR AUTRUI

Au contraire, si dans ton discours, tu assumes plus ou moins ta situation et tu mets parallèlement en valeur des aspects positifs, alors ton interlocuteur aura une toute autre perception, voire même un regain d’intérêt.

RESSENTI INTÉRIEUR POSITIF => PERCEPTION POSITIVE PAR AUTRUI

Voilà le pouvoir de la pensée, de la PNL : c’est vous qui réglez  le « bouton de perception » des choses.

Handicaps ou non, c’est vous qui menez le jeu si vous maîtrisez vos pensées.

 

QUELQUES EXEMPLES PERSONNELS

Pour finir, comme je m’efforcerai le plus possible de le faire dans mes articles, c’est de donner des exemples concrets à partir de ma propre expérience.
La période de ma vie où j’ai dû cumuler malgré moi un maximum de « points négatifs » à mon actif, ce fut sans doute à l’époque quand j’avais 26 ans : juste un diplôme bac en poche, chômage après deux licenciements et plusieurs années d’inactivité, hébergé chez ma mère, pas de permis de conduire, timidité maladive, etc… Et pourtant, j’ai le souvenir que cette période fut l’une des années les plus actives au niveau de mes rencontres amicales et amoureuses.

À ceux qui rencontrent quelques unes de ces situations, je vais vous donner quelques exemples et astuces pour redresser une situation défavorable. Malheureusement, dans les rendez-vous amoureux ou lors d’un entretien d’embauche, dans un contexte où il s’agit justement de séduire, ces défauts risquent de vous disqualifier. Mais pas de panique ! Il y a toujours des solutions. Je ne crois pas à la fatalité. Et ce que j’aimerais convaincre nombre d’entre vous, c’est qu’il y a des trésors dans les outils du développement personnel et la PNL en fait partie.

Pour les rencontres amoureuses, si tu es au chômage ou que tu occupes un modeste poste d’employé, je te conseille lors des discussions de mettre en avant tes projets, tes ambitions dans ta carrière professionnelle, tes rêves.
Si ton passé ou ton présent est « tumultueux », tourne le dialogue vers l’avenir avec optimisme.

Par exemple, je répondais quelque chose du genre : « Je cherche du travail. L’avantage, quand tu ne travailles plus, c’est que ça te laisse beaucoup de temps pour développer tes projets, écrire et rencontrer du monde ! D’ailleurs, j’ai un gros projet, il faut que je te raconte… !! :) »

Pour les entretiens d’embauche, je procédais d’une manière semblable, malgré un diplôme bac et les nombreux trous dans le CV, je misais tout sur ma motivation, ma personnalité, pour me détacher du lot. Je pense que l’important, c’est de communiquer une énergie positive si bien que votre interlocuteur la ressentira et vous percevra au final comme un « original » et c’est là que vous avez gagné.

Je ne suis pas sûr d’ailleurs qu’il faille forcément mentir. On peut aussi répondre de cette manière en jetant un regard franc au patron : « Voilà, pour être honnête avec vous, j’ai été au chômage pendant plus d’un an et demi. Je ne vais pas vous mentir ou chercher à vous séduire, parce que dans ma situation, je préfère être franc avec vous et partir sur des bases saines. Si vous voulez bien, je vais plutôt vous raconter ce que j’ai entrepris comme démarche pendant cette période d’inactivité et vous montrer que je suis une personne motivée, dynamique, etc… »

Voilà, on peut aussi faire tourner la chose dans ce sens à condition que les propos restent cohérents. Je pense même que cela touchera davantage votre interlocuteur qui se souviendra de votre candidature, alors que les autres candidats avant vous ont majoritairement débité des paroles trop convenues et formatées.

Revenons au cadre des rencontres amoureuses. Pour ce qui est « d’habiter encore chez sa mère à un âge tardif », soit je n’en parlais pas ou lorsque la question est posée, j’assumais simplement. Le logement est cher à Paris. Il y a plein de raisons valables en plus avec le contexte de la crise économique. L’important, en fait, c’est que vous ne ressentez pas cette situation comme un malaise. Et la personne en face de vous ne la ressentira pas non plus. Quand je voyais que ça gênait, je compensais mes handicaps par d’autres atouts, toujours avec le sourire et l’humour. Le fait de parler de ses projets, de ses rêves, de ses envies de se relever encore malgré les échecs, croyez-moi que votre interlocutrice vous respecte. :)

Pour ce qui est du « pas de permis de conduire », je répondais soit « Je suis écolo », soit simplement avec humour : « Je n’aime pas les voitures, je préfère prendre mon RER A. Bon ok, c’est vrai qu’il y a souvent des problèmes sur la ligne, mais au moins, le matin en allant au boulot, tu peux continuer à dormir un peu ou lire ton journal 20 minutes ! ;-) »

On me fait parfois la remarque lors des rendez-vous :  « Ah, tu ne fais pas du tout ton âge. Je te donnais 5 ans en moins, voire carrément 10 ans en moins ! » Remarque qui peut déstabiliser sur le coup et vous vexer, dans ce cas, je réponds parfois sur le ton de la dérision : « C’est normal, j’ai bu une potion de jeunesse éternelle, c’est pour ça ! Si tu sors avec moi, ça aura peut-être de l’effet sur toi… ;-) »

Voilà quelques exemples concrets. Il n’y a pas de fatalité. Le tout, c’est de suggérer positivement les choses.

 

En conclusion : si un handicap ou un défaut ne disparaît pas en vous, faites-le disparaître de l’esprit de votre interlocuteur avec votre humour ou votre imagination…

 

Si cet article t'a plu, n'hésite pas à le partager ou à écrire un commentaire ci-dessous. Cela me fera vraiment plaisir ! ;-)

Cet article a 8 commentaires

  1. superbe article :)

  2. ah super !!
    grâce
    aux flux RSS, j’ai de suite su qu’il y avait un nouvel article !
    ;-)

  3. Petite remarque, à propos de l’affiche de « Tanguy »… Dans le film, le « héros » couche avec plein de nanas, sous le toit de ses parents ! Comme quoi, vivre chez ses parents n’est pas un handicape pour séduire ! En tout cas, dans les films ! ;)

  4. Excellent article. Très encourageant. Ce que j’ai retenu et ce qui, selon moi prime, c’est ce rôle qu’on a à jouer dans la perception que les autres ont de nous-même.

    Je suis assez grand et bizarrement je ne remarque pas qu’une fille qui me plait est de petite taille. Mais lorsqu’elle en parle (même avec humour), cela laisse transparaître un complexe que j’intègre petit à petit et finis par le voir comme un défaut parce que je la regarde à travers le regard qu’elle se porte à elle même.

    Il est donc très important de ne pas communiquer à outrance sur nos complexes. Il disparaissent sous les différentes couches de qualité que chacun de nous peut posséder.

  5. Merci pour tes commentaires, Davon Henry. :) :)

  6. Juste une petite remarque concernant l’exemple de Djamel D…juste pour temporiser un peu la valeur de cet exemple.
    Effectivement, son côté enjoué et sans complexe a du l’aider pour séduire celle qui allait devenir sa femme mais….s’il avait été désargenté et anonyme, je pense qu’il n’aurait même pas pu l’approcher et quand bien même être susceptible de l’intéresser suffisamment.
    Je pense qu’il faut quand même être réaliste sur cet aspect des choses.

  7. Hello,
    je collectionne plusieurs handicaps : je suis timide (phobie sociale, personnalité evitante), un peu disgracieux (surpoids et oreilles décollées), j’ai été vierge tardive (j’ai perdu ma virginité à l’age de 27 ans), j’ai eu 2 relations « amoureuses » trés courtes de quelques mois(j’utilise les guillemets car je n’était pas amoureux, ni attiré par ces filles…j’avais besoin de me faire « la main »), j’ai un cercle amical trés restreint (2 amis et quelques connaissances), j’ai une forte addiction à la pornographie, je n’ai pas de réelle passion dans la vie à part m’adonner au théatre et à l’improvisation pour combattre ma timidité, je ne sais pas si c’est un handicap mais je suis maghrebin, j’ai 31 ans, j’ai un travail en bureau dans une banque qui ne me passionne guère, j’ai trés peu voyagé, je suis moyennement cultivé et m’interesse trés peu aux loisirs des gens « normaux » (foot, voiture, sports, etc.), je suis souvent attiré par de trés belles filles et j’habite Paris…
    Voila, en dehors, de tous ces handicaps, j’ai une véritable envie de rencontrer une fille mais je n’arrive pas me mettre en situation de baisser mes exigences concernant la beauté. Quand je parle de beauté, je parle de charme (elle n’est pas obligé d’être une mannequin), de féminité, sensuelle, sauvage, espiegle, petillante, avec de l’allure, joyeuse, souriante, independante d’esprit…Il faut pas que ce soit forcément un canon non plus. Pour moi, Ellen Degeneres est une belle femme, Marianne James est une belle femme, Beth ditto est belle, j’adore les rondes comme les minces.
    Bref, comment surpasser ces lourds handicaps qui fait de moi une personne creuse, qui s’interesse à rien, fade et sans saveur? je dois avouer que j’ai beaucoup de mal à m’accepter. Comment s’accepter avec tous ces handicaps?
    Merci

  8. bonjour, perso, je pense qu’il faut séduire avec ce que l’on a (ne pas mentir) et aller voir un psychologue/psychiatre si on est dépressif ou qu’on a des difficultés dans la vie. Cela peut être d’une grande aide.

Laisser un commentaire