atteindre son objectif« Nul vent n’est favorable pour celui qui ne sait où il va. », disait Sénèque. Pour atteindre un objectif, il faut commencer déjà par… avoir un objectif ! 

Ensuite, se poser les bonnes questions : Est-ce que mon objectif est réalisable ? Est-ce qu’il est précis ? Est-ce qu’il est raisonnable ? Qu’est-ce qui pourrait me motiver à atteindre mon objectif ? Est-ce que j’y mets du plaisir ?

La méthode SMART, bien connue de tous les passionnés de développement personnel, fournit plusieurs pistes intéressantes sur l’art de se fixer des objectifs

Je vois très souvent des internautes avec beaucoup d’attente et de bonne volonté qui se fixent un certain nombre d’objectifs dans l’optique de devenir indépendants et plus heureux, mais en fait, au bout d’un an, ils n’ont pas atteint leurs objectifs. Est-ce révélateur d’un manque de motivation ou alors plutôt… d’un ensemble « d’objectifs mal réglés » dès le départ ?


POUR ATTEINDRE UN BUT, UN OBJECTIF SE DOIT AU MINIMUM D’ÊTRE :

Voici une méthode tirée de la PNL et qui regroupe 5 critères sous l’acronyme de SMART :

1) SIMPLE/SPÉCIFIQUE
Une formulation ambiguë, vague, subjective donne une optique générale, mais pas de direction.
La précision et la simplicité permettent de se fixer des objectifs plus atteignables.

Exemple : Devenir plus sociable dans la vie.
MAIS : Aller à chaque fois vers les gens et chercher à les connaître lors de mes sorties amicales.

2) MESURABLE
Pour réussir un objectif, il faut qu’il soit quantifiable, possible de l’évaluer. Cela veut dire que l’on peut savoir concrètement quand on aura atteint cet objectif. 

Exemple : Sortir plus de chez moi.
MAIS : Faire au moins une sortie par semaine.

3) ACCEPTABLE
L’objectif doit être évidemment raisonnable en accord avec ses valeurs, sa personnalité, ses limites.

Exemple : Chercher à devenir à tout prix une personne extravertie, pour une personne de nature introvertie, me paraît inapproprié et vain alors qu’il vaut mieux selon moi tendre vers une forme d’acceptation lucide et travailler plutôt sa communication sociale (la conversation, prendre des initiatives, savoir s’affirmer avec les autres, etc…).

4) RÉALISTE
Inutile de dire que les objectifs se doivent d’être réalisables. Interrogeons-nous sur nos moyens, nos ressources disponibles, pour les atteindre : argent, temps, compétences, niveau de confiance en soi…

Exemple : Je vois souvent beaucoup de grands timides qui veulent à tout prix se mettre en couple et trouver la femme de leur vie alors qu’ils devraient plutôt commencer par régler les bases fondamentales pour être déjà mieux dans leur peau : travailler sa confiance en soi, être plus à l’aise dans une conversation et savoir comment l’entretenir, etc…

5) TEMPOREL
Pour atteindre au mieux un objectif, il est nécessaire de l’ancrer dans un cadre temporel. Pourquoi ? Parce que se fixer des objectifs sans échéance vous amènera dans la plupart des cas à repousser vos actions toujours au lendemain et au final, à ne rien faire. Au contraire, une échéance vous donnera l’élan nécessaire pour passer aux actes.

Exemple : Se fixer l’objectif de s’inscrire dans un club de danse d’ici une semaine est plus motivant que « Je dois m’inscrire dans un club de danse. » 

Remarque : Il existe évidemment d’autres critères possibles aux cinq lettres de la méthode SMART que vous pouvez vous amuser à ajouter. Je pense par exemple à : Ambitieux (pour exploiter son esprit compétitif), Excitant (pour prendre du plaisir en même temps), Récompensé (pour s’attribuer des sanctions ou des récompenses en cas d’échec ou de réussite). À vous de trouver les ingrédients idéaux en fonction de votre personnalité, vos valeurs, vos aspirations.

Pour rappel, une Grille d’objectifs, outil gratuit pour s’aider à se fixer des objectifs, est disponible dans la rubrique Outils en ligne du blog.


SE FIXER DES OBJECTIFS TROP INDIRECTS : ATTENTION AU PIÈGE !

Je vais finir l’article en évoquant un constat que je fais régulièrement sur les forums et dans les journaux d’internautes. Beaucoup de personnes avec de la bonne volonté se fixent un certain nombre d’objectifs dans leur quête du mieux-être, elles engagent plein d’initiatives honorables, mais au bout de six mois, au bout d’un an… elles se rendent compte qu’elles n’ont pas réussi à atteindre leurs vrais objectifs malgré leurs efforts. Pourquoi ?

Parce qu’elles se noient souvent à créer des objectifs majoritairement indirects et à faire un nombre incroyable de détours pour atteindre de simples objectifs !

Exemples d’objectifs indirects : faire de la méditation, écouter des podcasts, lire des livres de bien-être, faire de la musculation ou du jogging, faire de la musique, se cultiver, enrichir son cercle social, etc…

Exemple d’objectifs directs : faire une sortie OVS une fois par semaine et connaître les gens, envoyer des CV tous les jours pour trouver un emploi, s’inscrire à un site de rencontres et envoyer des messages aux hommes ou femmes qui nous plaisent, etc…

Attention : Mes propos ne veulent pas dire que pratiquer la méditation ou lire des livres de développement personnel n’a aucun intérêt ! Au contraire, toutes ces activités participent à votre bien-être, à votre culture personnelle. C’est un bonus qu’il serait dommage de s’en passer.

Ce que je mets en garde : c’est que si vous voulez par exemple vaincre votre timidité ou obtenir votre indépendance financière, et que vous ne reposez vos efforts QUE sur un ensemble d’objectifs indirects et vagues, plus pour le plaisir du développement personnel que pour l’action, il est normal qu’au bout d’un an, vous n’aurez pas atteint vos objectifs initiaux.

Par exemple, je me souviens d’un internaute qui voulait sortir de sa situation de célibat et de chômage, il entreprenait tout un tas de démarches : il s’était inscrit à des cours de salsa, il a lu plusieurs bouquins de développement personnel, il participe à des ateliers pour optimiser son CV, il prend des cours de yoga, il fait de la musculation, il s’achète de nouveaux vêtements… et six mois après, il se plaint que sa situation n’a pas évolué et qu’il est toujours seul. Plein de détours parfois inutiles, comme vous pouvez le constater.

À côté, je me souviens d’un autre internaute avec les mêmes souhaits et qui avait réussi au bout d’un mois seulement. Oui, véridique : mais qu’est-ce qu’il a fait d’exceptionnel ? Justement, rien d’extraordinaire. Il s’est simplement fixé l’objectif d’envoyer au moins 5 CV par jour à des entreprises, puis de faire deux à trois sorties par semaine via OVS ou Meetup. Et ça a marché : il a fini par rencontrer une copine lors d’une sortie afterwork et il a décroché aussi un job après plusieurs entretiens d’embauche.

=> Les personnes qui réussissent à atteindre avec succès leurs objectifs sont celles qui se concentrent sur « du direct » alors que d’autres passent leur temps sur « de l’indirect » et se dispersent !


CONCLUSION :

La méthode SMART est un outil formidable qui peut vous aider à choisir vos objectifs et à les atteindre. Que vous aimiez ou non dans la vie fonctionner avec des objectifs, c’est toujours utile de s’en inspirer.

Parfois, on a tendance à se disperser, à chercher des solutions miraculeuses, mais il est bien d’avoir en tête que :

Pour trouver un travail, il faut envoyer des CV. Pour trouver une copine, il faut multiplier les rencontres et faire la cour quand on rencontre la bonne personne. Pour se faire des amis, il faut sortir de temps en temps et aller vers les autres pour créer un lien, etc…

Passer par des objectifs indirects et vagues peut nous coûter une année d’efforts, voire une éternité, pour atteindre nos buts, alors qu’avec des objectifs simples et surtout plus directs, quelques semaines ou mois peuvent suffire. À donc méditer…

 

PS : Tu souhaites lire davantage ? Tu peux consulter mon Sommaire de tous les articles du blog ou découvrir ma jolie liste des Outils en ligne pour s'améliorer. Si cet article t'a plu, n'hésite pas à laisser un commentaire ou à le partager sur tes réseaux sociaux : cela ne te prend que 2 secondes et c'est une action concrète pour soutenir le blog ! 😉

Cet article a 8 commentaires

  1. Merci Sylvain pour ce nouveau post bien senti. Face à l’envie de changer, de devenir meilleur, de se développer, je pense qu’on sous-estime énormément ce paramètre de la bonne définition des objectifs, en donnant trop de place à l’importance de la volonté et du courage.

    Je connaissais déjà la méthode SMART sans la connaître, un article qui fait du bien.

  2. très bon article
    court mais efficace
    tout est dit !

    (la reine de l’indirect..)

  3. Marie : Ton commentaire me prouve combien tu as de l’humour. :-)

    crusta : Merci pour ta réaction. J’imagine que le spécialiste de la méthode « récompense » que tu es aurait voulu que je développe plus cette partie, mais ce sera pour une prochaine fois peut-être. ;)

  4. Encore un très bon article de ta part Sylvain.
    Petit à petit, ce blog deviens une véritable « boîte à outils » à l’usage des timides, pour peu qu’ils cherchent à appliquer tous les intéressants conseils qu’on trouve ici.
    Excellent travail !

  5. Salut,

    Je suis novice en devperso, mais je pense en effet que la méthode SMART permet de mieux avancer vers ses objectifs.
    C’est très simple à appliquer, et on voit généralement les résultats assez rapidement.

    C’est en tout cas plus efficace que foncer tête baissée sans avoir planifier.

  6. Très bon article. ;-)
    A noter que le système SMART est aussi utilisé par les entreprises pour le management et la qualité.

  7. Merci Psychosophe, Mélanie, Guillaume pour vos commentaires. :-)

    Bon prochain objectif (temporel) pour moi : un nouvel article d’ici la fin du mois. ;-)

  8. Très bon article, comme toujours !
    Moi aussi j’avais déjà vu et revu la méthode SMART, notamment dans des cours de management, mais le fait de l’appliquer à la timidité apporte une autre dimension intéressante.
    J’aime particulièrement la deuxième partie sur les objectifs directs et indirects, qui donne un éclairage pour nos journaux de bord ;)

Laisser un commentaire