Le point commun de toutes ces thérapies : méditation, hypnose…

bouddhisme hypnoseMéditation, hypnose, sophrologie, méthode Vittoz, magnétisme, reiki, chamanisme… Tous ces noms de thérapies vous disent sûrement quelque chose : vous les avez déjà croisé lors de vos lectures sans comprendre de quoi il s’agissait réellement, et certains parmi vous ont peut-être même eu la tentation de tester l’une d’entre elles.

Dans cet article, il ne s’agira pas d’expliquer quelle est la particularité de chaque thérapie, car ce sont des informations que l’on peut trouver déjà sur le Web et cela n’aura aucun intérêt réel !

En revanche, on peut s’interroger sur le dénominateur commun de toutes ces thérapies : Quels sont leurs points communs ? Qu’est-ce qui les relie ? Quels sont les mécanismes rationnels qui sont propres à chacune au-delà du caractère spirituel de certaines thérapies ? L’idée, c’est de les démystifier et de comprendre vraiment ce qui se cache derrière tous ces noms de thérapies… (suite…)

Continuer la lecture

Résilience : au-delà des souffrances et des obstacles

résiliencePlus qu’un simple mot, il fait écho à tous les galériens de la vie, à tous ceux qui doivent surmonter obstacles, handicaps ou traumatismes pour continuer à aller de l’avant.
Qu’est-ce que c’est ? La résilience désigne l’attitude d’un individu à faire face aux épreuves pénibles et dramatiques de sa vie personnelle et à les surmonter : traumatismes, troubles ou maladies, souffrances, handicaps, malheurs, etc…

Utilisée comme mot par le célèbre psychiatre et éthologue français Boris Cyrulnik, celui-ci compare la résilience à un art de « naviguer dans les torrents ». Menant entre autres des études sur les survivants des camps de concentration après-guerre, sur les enfants ayant subi des sévices, il constate que même si pour la plupart des victimes, elles présenteront par la suite des troubles et traumatismes, d’autres arriveront à mener une vie normale et équilibrée grâce notamment à un ensemble de stratagèmes mentaux, de mises en place de mécanismes positifs de défense. (suite…)

Continuer la lecture

Comment se servir de la plasticité cérébrale pour se guérir ?

plasticitéL’une des découvertes en neurosciences les plus prometteuses au cours des dernières décennies est ce qu’on appelle la plasticité cérébrale ou encore la neuroplasticité.

Notre cerveau, même une fois mature, n’est pas un système statique ou figé définitivement comme on l’a longtemps cru, mais dynamique, en perpétuel remaniement, en fonction de nos expériences vécues.

Quand une personne apprend une nouvelle chose, quand elle surmonte une épreuve qui lui faisait peur, son cerveau subit une réorganisation physiologique : les réseaux de neurones sont modifiés, défaits, renouvelés, restructurés, selon la nouvelle expérience !

C’est une découverte majeure et laquelle invite à l’optimisme. Pourquoi ? Parce qu’une personne timide ou anxieuse, par exemple, qui a beau avoir au quotidien un tas de pensées dysfonctionnelles et de blocages, elle a la possibilité biologique de remodifier son cerveau afin de ne plus subir et d’adopter une attitude plus saine et adaptée en société.
Ce qui est donc important à en prendre conscience : c’est que rien n’est figé, tout se transforme. (suite…)

Continuer la lecture

THQI : des gens exceptionnellement doués, des cerveaux différents

Voici un article retranscrit à propos du THQI, un thème rarement abordé sur le Web. L'auteur de cet article considère comme modérément surdoués les enfants étant modérément surdoués ainsi que ceux étant hautement surdoués (QI entre 130 et 160 sd 15), de même qu'il considère comme étant exceptionnellement surdoués les enfants étant extrêmement surdoués (160+ sd 15) ainsi que ceux étant profondément surdoués (180+ sd 16). [Echelle de Cattell, cotation anglo-saxonne] Introduction : études sur le THQI Il y a peu de descriptions dans la littérature sur les processus cognitifs des enfants extrêmement surdoués. Cette étude, basée sur des profils, des anecdotes rapportées par les parents, et des observations effectuées durant des thérapies familiales ou de groupe auprès d'enfants modérément et exceptionnellement surdoués, énonce quelques caractéristiques du mode de pensée qui différencient les enfants extrêmement surdoués de leurs pairs modérément surdoués. Alors qu'il y a eu beaucoup d'études s'attachant au surdouement des adultes, peu ont examiné les processus de pensée des enfants surdoués. Beaucoup de théories présument que la mesure des capacités cognitives des adultes est directement applicable aux enfants. Sternberg et Davidson (1985) conclurent que les processus des enfants surdoués sont similaires à ceux des adultes en ce qui concerne le fait de tirer parti de…

Continuer la lecture

Comment se déroule le diagnostic de la dyslexie

Pour ceux que ça intéresse d'en savoir plus, je publie ici la suite de mon mémoire étudiant que j'avais rédigé sur la thématique de la dyslexie. Elle porte sur le diagnostic de la dyslexie. Comment une personne est diagnostiquée dyslexique ? Quelles sont les précautions qu'un orthophoniste prend pour ne pas se tromper et confondre avec de simples difficultés d'apprentissage ? Vous comprendrez ici mieux tout le processus grâce aux témoignages divers d'une institutrice, d'un médecin et d'un orthophoniste qui avaient été interrogés pour cette étude. 1) Le processus d’étiquetage de la dyslexie Notre enquête nous amène dès à présent à retracer le processus qui a conduit à l’étiquetage de l’enfant dyslexique dès lors que des soupçons de dyslexie ont été émis par l’instituteur à l’école. Nous découvrons ainsi que l’enfant se retrouve au centre d’un jeu d’interactions complexes impliquant la mobilisation de différents acteurs : instituteur, médecin scolaire, parents, médecin généraliste, orthophoniste, psychologue, etc… Tout commence donc à l’école, lorsque l’enfant présente des signes de « comportements déviants » (instabilité, fainéantise, problèmes de lecture), il arrive parfois que l’instituteur, à partir de son observation, soupçonne la présence d’un trouble de comportement spécifique chez cet enfant. Cas 1 : l’instituteur soupçonne de suite une dyslexie ; il décide alors de rencontrer les parents…

Continuer la lecture